En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies.En savoir plusD'accord
Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche
 

PASCALE CAVALIER - INFIRMIÈRE EN SANTÉ AU TRAVAIL - EMINENCE

Interviewée à l’occasion de la campagne de prévention sur l’alcool organisée chez Eminence, les 17 et 18 janvier dernier, nous avons rencontré Madame Pascale Cavalier, infirmière en santé au travail chez Eminence, en charge de prévenir et d’assurer la santé et la sécurité des salariés et de faire le lien avec le Service de Prévention et de Santé au Travail Interentreprise,  l’AISMT.


Focus entreprise 

 

L’entreprise créée en 1944 imagine et fabrique des sous-vêtements pour homme alliant élégance, confort et qualité. La marque est reconnue et distribuée dans le monde entier.

Situé à Aimargues, dans le Gard, le siège social compte aujourd’hui près de 500 salariés sur les 900 à travers l’Europe. Malgré sa taille, Eminence a toujours conservé une gestion à « taille humaine » et une proximité avec l’ensemble des salariés.

 


 

Je suis ravie de l’effet boule de neige que cette opération a engendrée. Certains salariés se sont même « auto-sensibilisés » en groupe, d’autres sont venus me voir pour approfondir le sujet avec des cas plus personnels.  

Pourquoi avoir mené une campagne de sensibilisation sur l’addiction à l’alcool chez Eminence  ?

Pascale Cavalier  : l’alcool, ses effets et ses conséquences concernent beaucoup de monde et parfois même sans en avoir conscience. Mon objectif était d’aborder le sujet de l’alcool et ses dangers sans être moralisatrice et sans tomber dans les généralités que nous connaissons tous, comme « un verre d’alcool par jour et pas tous les jours ».

 

Comment s’est déroulée cette opération chez Eminence et quelle a été la réaction de la part des salariés  ?

Pour mener à bien cette opération, j’ai décidé,  en accord avec la direction, d’organiser la sensibilisation sur les heures de pause des salariés. Un moyen d’attirer un maximum d’entre eux, sans pour autant les « forcer » ou ralentir la production.

Pour m’accompagner dans cette démarche, le médecin du travail de l’AISMT avait mandaté, Magali Barroso, Technicienne Hygiène Sécurité au pôle technique de Prévention de l’AISMT, pour m’aider à préparer un stand de sensibilisation ludique et pédagogique.

 

Durant ces deux journées, j’ai été agréablement surprise par le nombre de salariés sensibilisés, de l’ordre d’une cinquantaine. Magali Barroso, avait apporté plusieurs goodies sur la thématique de l’alcool, des jeux et de la documentation permettant de capter l’attention des participants.

 

Nous pouvions trouver sur le stand  :

  • Un jeu de cartes autour de la « dose bar » avec des verres à ordonner selon la dose d’alcool. Une façon ludique d’aborder les doses autorisées pour un demi de bière contre un ballon de vin ou un verre de pastis, par exemple.
  • Un jeu de rôle sur la consommation d’alcool en week-end à la maison. L’objectif était de servir un apéritif ensemble et de mettre des limites.
  • Une information pratique relative au temps d’élimination de l’alcool dans le sang selon le sexe et le poids ;
  • Une sensibilisation cause/conséquence autour des méfaits de l’alcool sur l’organisme et les risques liés à sa consommation = état du conducteur et/ou du salarié à son poste de travail ;
  •  Une information préventive autour des fausses idées sur l’alcool = ex : le café ou la douche « dessaoûle », les boissons soft dans l’alcool ou les glaçons diminuent le taux d’alcool ;
  • Cas particulier des jeunes consommateurs avec des packaging attrayants et la dose bar dépassée = pictogramme

 

Les salariés sont repartis avec de la documentation informative et un verre doseur d’alcool offert par l’AISMT. De mon côté, j’avais créé une affiche pour annoncer aux salariés la présence de ce stand d’abord à proximité de la cantine, le premier jour, puis à côté de la salle d’atelier, le second.

Je suis ravie de l’effet boule de neige que cette opération a engendrée. Certains salariés se sont même « auto-sensibilisés » en groupe, d’autres sont venus me voir pour approfondir le sujet avec des cas plus personnels.  

 

Quel bilan pourriez-vous retirer de cette sensibilisation co-animée avec l’AISMT  ?

Je pense que la présence de notre Service de Prévention et de Santé au Travail a permis de valider mon discours et d’avoir un impact plus grand sur les salariés. L’AISMT apporte une expertise et une expérience différente qui viennent compléter la mienne.

En fin de compte, si je faisais le bilan, je dirais que cette expérience a été enrichissante et très positive. Je compte bien organiser d’autres types de sensibilisation en interne avec l’AISMT et notamment approfondir le sujet de l’alcool, sa consommation excessive le week-end et son lien avec la tension artérielle. J’aimerai également en organiser une autre sur les risques psycho-sociaux car je constate le développement de troubles anxieux chez certains salariés depuis les différents confinements. 

Également, en 2022, le CSE et la DRH d’Eminence souhaitent développer un grand projet autour du développement du bien-être au travail. Un sujet sur lequel j’interviendrai sur la partie santé et nous ferons de nouveau appel à l’expertise de l’AISMT sur la thématique.  

 

 


Bon à savoir  :  qu’est-ce que le Dry January  ?

Originaire du Royaume-Uni, le Dry January, traduit par le défi de janvier en français, est arrivé en France en 2020 par des associations luttant contre les addictions et la prévention de l'alcoolisme, ainsi que la Ligue nationale contre le cancer. Son principe : un mois sans boire une goutte d'alcool.

 

Vous êtes intéressé par une journée de prévention au sein de vos locaux  ? N’hésitez pas à demander une intervention de prévention de nos équipes pluridisciplinaires. Inscription sur ateliers de prévention

Retourner en haut de la page